Rechercher
  • stormcommunication

Comment faire sa veille concurrentielle ?

La veille concurrentielle : à quoi ça sert ?

La veille concurrentielle est indispensable pour toute entreprise qui souhaite se démarquer sur son marché. En effet, c’est grâce à cette fameuse veille concurrentielle qu’une entreprise est capable de prévoir d’éventuels changements dans son environnement afin de s’adapter. Pourtant trop ignorée par les PME, la veille concurrentielle est clairement un atout. Storm Communication, agence de communication à Aix-en Provence, Marseille et sur toute la région, est là pour vous accompagner et réaliser au mieux cette veille.



Comment s’opère une veille concurrentielle ? 1. Repérer les concurrents

Que ce soient les concurrents directs ou indirects, le repérage est l’étape n°1 d’une veille concurrentielle. Pour ce faire, on doit prendre en compte les principaux rivaux de l’entreprise, en fonction des biens et services similaires qu’ils proposent, mais également les potentiels futurs acteurs qui pourraient ébranler le marché.

2. Traiter les données

Une fois cette première étape de faîte, il s’agira de surveiller comment les concurrents organisent leurs contenus :

- Est-ce un contenu à forte valeur ajoutée ? Suscite-t-il des réactions chez la cible ?

- Analyser la périodicité : combien de contenus sont publiés par jour/mois ? Quels sont les médias utilisés ?

- Y a-t-il des sujets qui reviennent souvent dans leurs contenus ?

Ces questions seront le fil conducteur qui vous permettra de comprendre comment les concurrents communiquent avec leur public, et surtout, cela sera très utile afin de s’en inspirer à l’avenir.

3. Le référencement naturel (ou SEO)

Le SEO est important surtout lorsqu’il s’agit de se déployer sur le web : être accessible facilement, rassurer les visiteurs du site, faire connaître ses promotions… Sont autant de raisons qui poussent les entreprises à développer leur référencement naturel. Aussi, il est important de regarder les techniques de SEO employées par les concurrents, afin peut-être de percevoir les nouvelles tendances qui se dessinent.

Il s’agira donc d’analyser les stratégies de référencement des concurrents :

- Les mots-clefs : les balises meta, les balises h1 et h2, le contenu de l’url, le nombre de liens ainsi que leur emplacement sur le site, …

- Dans la structure du site : optimisation du site web (vitesse d’affichage, responsive), qualité des contenus, sitemap, ...

- Le trafic : Font-ils du backlink ? Ont-ils des partenaires qui renvoient leurs visiteurs sur leur site ?

- Le contenu : quel sujet revient souvent ? Sous quelle fréquence ?

4. Déterminer les tendances

Un des aspects les plus fondamentaux de la veille concurrentielle : pressentir les tendances émergentes du marché afin de se positionner en tant que « leader » de cette tendance. Un système d’alerte en temps réel permet de déceler les sujets tendances du moment concernant le secteur choisi ; cela permet également de trouver le moment opportun pour communiquer avec les cibles. Un autre aspect non négligeable : déterminer les tendances est un bon moyen de positionner la marque vis-à-vis des concurrents. Par exemple, parle-t-on plus de telle marque sur ce sujet précis ?

5. Les Réseaux sociaux

Exécuter une veille concurrentielle sur le Web est une chose, mais sur les médias sociaux c’en est une autre. Il s’agira ici de veiller à l’image de la marque et de celle des concurrents sur les réseaux sociaux : est-elle bien perçue ? En parle-t-on beaucoup ?

Cela permettra également de déterminer les principales tendances de consommation. Des données plus qualitatives peuvent être dégagées.

Pour ce faire, on peut utiliser des KPI (Key Performance Indicator) ou ICP en français, qui permettront de dégager :

- le Share of Voice de votre entreprise: c’est-à-dire le pourcentage de dépenses de l’entreprise pour des investissements publicitaires, en la comparant à celle de vos concurrents.

- les réactions : vos contenus engendrent des « likes », des « dislikes », ou encore … Rien. Il s’agit donc de comprendre ce qui pousse les cibles à aimer tel contenu ou à comprendre pourquoi il n’a pas interagi avec ce dernier. On peut également comparer ses réactions avec celles de vos concurrents. Des sentiments positifs ou négatifs peuvent émerger sur les réseaux sociaux : c’est là que vous comprendrez ce que les cibles pensent de vos biens ou services, tout en identifiant les mots(-clefs) qui reviennent le plus. A noter que les sentiments sont culturels : vous noterez sûrement des différences selon le pays étudié.

- les cibles des concurrents : cela est particulièrement intéressant de comprendre quelles sont les cibles choisies par vos concurrents, afin de les étudier (âge, genre, localisation, …) et pourquoi pas, d’essayer de les cibler également. Plus largement, on peut tout à fait appliquer ce principe concernant les centres d’intérêts de vos cibles et celles de vos concurrents afin de les capter et, plus largement de les segmenter.

28 vues0 commentaire